L'IMAGE MANQUANTE

L'IMAGE MANQUANTE 
(triptyque de l'innocence)


PARTIE 1

DÉRAPER/ TRANSCRIPTION DU DÉNI DE L'INSTITUTEUR PEDOPHILE
(Bas les masques/ 13 avril 1993)

C’est tombé comme une bombe hein. Les gendarmes sont venus le jour où nous recevions notre future belle famille de ma fille. Et lorsqu’on reçoit ces gens-là et que les gendarmes arrivent une demi-heure après, ça fait un choc.
On a eu l’innocence des gens tranquilles. Lorsqu’on se sent innocent, lorsqu’on se sent propre, lorsqu’on se sent…. On n’y croit pas, on se dit : « il y a une justice en France ». On y croyait à l’époque, c’est fini depuis bien longtemps. Mais on y croyait. On se disait, c’est pas possible.
Dans une école, lorsque les élèves réussissent, tout est bien. Lorsqu’on a des élèves en difficulté, c’est d’abord la faute du maître. Souvent dans les familles. Et donc, à divers titres, il pouvait y avoir des familles qui m’en ont voulu. Et ils avaient l’occasion unique d’essayer d’assouvir leur vengeance de façon sûre ! Puisqu’ avec les accusations qui étaient portées contre moi, il était absolument impossible de me défendre. Je ne peux rien justifier, je ne peux pas me défendre. C’est l’arme absolue.
Bien sûr, on essaye de chercher dans sa tête ce qui aurait pu justifier de telles récusations ! Et les personnes qui m’ont accusé, je peux chercher dans ma tête, au plus profond de ma tête, je ne vois absolument rien.
En prison, pour moi, ça a presque été une période, pas de soulagement, mais de tranquillité. Pour moi, j’ai été à l’abri du regard d’autrui pendant 35 jours. Quand je suis sorti de prison, ça a été très difficile pour me… Pour sortir, pour retourner dans la rue. Le 6 mars 1986, j’ai été révoqué par le conseil des ministres.
J’ai été malade, je suis tombé malade, j’ai été soigné par chimiothérapie pendant un an. J’ai été re-soigné l’année dernière encore pendant un an parce que la maladie continue. Et le pourvoi en cassation n’est arrivé qu’au mois de mai. La réponse. Rejeté.
J’ai d’abord une… Pas une haine non. C’est pas mon caractère du tout. J’ai une profonde méprise pour ces parents d’élèves qui ont exploité leurs enfants à des fins d’adulte. Et j’ai beaucoup de… Pas de pitié mais beaucoup de…. D’amour pour ces enfants qui ont été exploités et que j’aimais bien comme tous mes élèves. Savoir ce qu’on en a fait, c’est affreux. Pour eux, j’aimerais que les coupables, c’est-à-dire ceux qui les ont exploités soient punis ! Ça oui
« Vous avez été instituteur pendant 18 années ? »
Plus que ça. Pendant 32 ans. Mais 18 dans la même école. Dans ma dernière école donc. Dans le village, j’étais instituteur depuis 1967.
Je connais un cas particulier dans un département voisin du nôtre où un instituteur que je connais très bien a reconnu effectivement avoir dérapé. Mais il a été écarté tout de suite, comme disait R, il a été mis dans un conseil administratif. L’administration a tenu disons à ne pas briser son avenir. On a tenu compte de la famille, on a tenu compte des enfants, on a tenu compte de tout le contexte social et…. Bien que sur le fond, j’estime que s’il y a eu faute, c’est normal qu’on paye. C’est normal, quelqu’un qui a fait une faute comme ça, c’est atroce. C’est atroce, on peut pas accepter ce genre de dérapage. Mais ça existe. 



PARTIE 2

PHOTOGRAPHIES ANNOTÉES (au verso ou au recto)


Photographie annotée au recto © Chrystel Martinez

sa main. sa main est là. tu ne sens pas sa main. juste là. là. tu ne sens rien. tu n'as rien senti. là sa main sous mon pull. sa main sur ma peau. là sa main est passée sous mon pull. tu n'as rien senti. rien. j'aime pas ses mains. elles sont vieilles. j'aime pas ses mains. elles sont laides. rien. là. rien. il veut me toucher. je vois ses mains qui passent sous mon pull. ne vois rien. là. tu ne sens pas ses mains. non. ses doigts me touchent. ses mains me touchent. vieilles. je sais. il veut me toucher. et personne voit rien. rien. là. ne sens rien. ne vois rien. tu ne sens pas ses doigts sous ton pull. il touche pas. il touche rien. ne sens rien. non. là. sur toi. sa main. ses doigts. ne sens pas. tu sens pas sa main. jamais. non



Photographie annotée au verso © Chrystel Martinez

honte et peur. j'ai honte et j'ai peur. peur. j'apprends la honte. j'apprends la peur. tu dis rien. c'est bien fait. peureuse. tu gardes tes mots. apprends le silence. apprends le silence et la peur. les autres vont voir. j'ai honte. habille-toi et cache-toi. cache. ne dis rien. jamais. apprends le silence. silencieuse et peureuse. bien fait. la honte. toujours.




Photographie annotée au verso © Chrystel Martinez

personne voit rien. jamais. je suis seule. j'ai peur que les autres voient. je veux m'endormir. dormir et rien sentir. je vais dormir. toujours. j'ai peur. ne plus voir. et elles? elles aussi? personne voit rien. jamais. je suis seule. toujours seule. je veux dormir. m'endormir et rien sentir. ne plus rien sentir. jamais.




PARTIE 3

LE BON POINT